Troubles dans les classements : justification écologique, orientation et légitimation des modes de vie - Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne Access content directly
Conference Papers Year : 2023

Troubles dans les classements : justification écologique, orientation et légitimation des modes de vie

Abstract

même temps que les pouvoirs publics ou les organisations associatives ou politiques appellent à une transformation des modes de vie pour répondre à l’urgence climatique et écologique, sous la forme d’incitations individuelles au changement, de politiques publiques ou de projets collectifs de transformation sociale, les agents sociaux se saisissent de la justification écologique comme motif de légitimation des pratiques. De nombreuses études ont montré comme cette invocation de la justification écologique ou norme éco-citoyenne (Ginsburger, 2020) est socialement déterminée et souvent partiellement déconnectée de la condition écologique objective des ménages, entendu ici comme leur empreinte écologique (Grossetête, 2019 ; Comby et Mallier, 2021). Les situations de bifurcations descendantes ou changements professionnels intentionnels avec réduction des revenus offrent une trajectoire intéressante pour observer cette reconfiguration normative à l’aune de la norme écologique. Elles interrogent la possible substitution, dans les registres de légitimation des styles de vie, de la norme écologique à d’autres normes symbolisant socialement la « réussite » et le mode de vie désirable et légitime. Ces trajectoires de bifurcation descendante, si elles ne sont pas toujours politisées, sont souvent reliées, dans leurs justifications, à la transformation écologique des modes de vie, invoquée pour justifier le changement professionnel comme les reconfigurations de la consommation d’autant qu’elles représentent un déclassement dans l’espace social au regard des normes dominantes de hiérarchisation des professions et des modes de vie. La communication interrogera la réalité et les formes de légitimation de ce déclassement notamment par le recours à la norme éco-citoyenne. Elle montrera que les trajectoires observées représentent bien un déplacement descendant dans l’espace social par le changement de catégorie socio-professionnelle (par exemple de cadre à agriculteur ou commerçant) ou par de petits déplacements descendants au sein d’une même catégorie socio-professionnelle ainsi que par la réduction des revenus (perte en capital économique). Ce déclassement professionnel se traduit aussi dans les styles de vie par des réaménagements de consommation à la baisse notamment par réduction des postes de consommation dont le niveau élevé distingue la consommation des cadres (voyages et vacances, repas pris à l’extérieur, vêtements, etc.). La norme éco-citoyenne constitue alors une ressource symbolique pour reclasser des pratiques de sobriété et de réduction, de recyclage et de réemploi, de réparation. Mais ce registre justificatif est loin de s’appliquer uniformément à toutes les situations et de s’imposer dans l’espace social comme dominant et légitime dans toutes les dimensions du style de vie. Il nécessite tout un travail de conversion dans les jeux de sociabilité (anniversaires des enfants, moments de convivialité avec des amis, etc.) et est loin de s’imposer immédiatement et systématiquement comme distinctif même au sein de catégories dotées en capital culturel et social. D’autres normes de réussite sociale, qui valorisent le beau, le grand, le confortable, l’efficace demeurent très présentes et peuvent entrer en concurrence avec la norme écologique par exemple dans le domaine du logement ou dans celui des voyages. Qu’il s’agisse des voyages ou des conditions de logement, la distinction ne s’est pas encore tout à fait « mise au vert » alors que la norme d’une alimentation « bio et saine » s’est largement imposée dans les classes dominantes (Grossetête, 2019). Autrement dit si la justification écologique s’impose quand elle n’entre pas en contradiction avec les normes du « sain », du « léger » et du beau –dans le cas de l’alimentation-, elle s’efface ou ne surgit pas quand elle entre en contradiction avec les normes du beau, du confortable, du digne. La norme écologique trouble les classements sociaux des styles de vie mais ne renverse pas tous les ordres de légitimité des styles de vie. La communication s’appuiera sur une enquête qualitative sur les bifurcations descendantes réalisée dans le cadre d’un travail de thèse (sous la direction de Christian Laval, 2021) entre 2016 et 2020 à partir de trajectoires individuelles de bifurcations professionnelles. Ce travail examine le changement d’emploi, les réaménagements de la consommation, leurs justifications et la possibilité d’une critique en pratique des modes de vie par une démarche sociologique pragmatique. Il interroge la politisation très variable de ces changements de vie. La communication s’appuiera notamment sur les trajectoires de cadres devenus commerçants, agriculteurs, artisans ou occupant des professions du soin, du conseil ou de l’éducation (coaches, psychothérapeutes, professeurs de yoga, enseignants, etc.).

Domains

Sociology
No file

Dates and versions

hal-04464627 , version 1 (18-02-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04464627 , version 1

Cite

Anne de Rugy. Troubles dans les classements : justification écologique, orientation et légitimation des modes de vie. Ecologie et classes sociales, Ecole Normale Supérieure, May 2023, Paris, France. ⟨hal-04464627⟩
22 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More